Identifiez vos filtres !

Qui n’a jamais pas vécu une situation non satisfaisante, une situation inconfortable qui nous fait bien sentir qu’on n’est pas tout à fait en accord avec ce qu’on veut vraiment ? Au boulot, dans son couple, dans l’environnement amical ou familial….

Qui ne s’est pas déjà entendu dire « et si tu faisais comme-ci ? » « et si tu faisais comme ça ? » sans pour autant que les solutions suggérées ne nous conviennent ? (c’est là qu’on trouve généralement tous les prétextes possibles au changement, qui démarrent souvent par un « oui mais »…)

 

Oui mais quoi ? Pourquoi les propositions de toutes ces personnes, profondément bienveillantes puisqu’elles nous proposent des solutions, ne nous conviennent pas ? Parce que ce sont leurs solutions, pas les nôtres. Allez, vous êtes bien venus à bout d’une difficulté que vous avez rencontré parce que VOUS avez trouvé votre solution ! Oui… celle –ci, parfaitement… celle qui vous êtes venus à l’esprit à l’évocation de cette solution que VOUS avez trouvé. Savez-vous ce qui a fait la différence ? La prise en compte de vos filtres. Vous avez réfléchi à la manière dont vous fonctionnez, ce qui compte dans vos décisions, dans vos réactions, dans vos comportements, le logiciel qui organise votre cerveau. Qui d’autre de mieux placé pourrait trouver LA solution la plus pertinente à votre insatisfaction ? Qui d’autre de mieux placé que vous pour comprendre quels sont les filtres qui organise votre fonctionnement ?

 

Alors parlons de ces filtres. Nous en avons plein (y compris les personnes qui se disent « sans filtres » !).

On a des filtres sensoriels, on a des filtres de croyances, de valeurs et puis encore d’autres filtres plus contextuels.

 

Les filtres sensoriels : Imaginez, vous êtes en vacances en famille et vous vous rendez dans un endroit magnifique, à la montagne, ou à la mer, ou encore la campagne en pleine forêt, comme vous le souhaitez. Vous vivez tous le même instant, vous êtes ravis et en rentrant le soir, je vous propose un petit jeu : posez la question à tout le monde : qu’avez – vous préféré ou comment décririez-vous l’endroit ? Vous serez surpris… certains vont insister sur les couleurs, d’autres les odeurs, d’autres sur les sons… chacun « encode » une expérience en fonction de ses filtres sensoriels. Prenez l’exemple d’une recette de cuisine. Bien sûr, tout est important mais qu’est-ce qui est le plus important pour vous pour un plat réussi : la texture, le goût, l’harmonie des couleurs, la présentation, l’odeur ? Un amateur de chocolat me dira : pour moi, lorsque je mange un carré de chocolat, c’est la sensation que ça me procure qui compte le plus (kinesthésique). Pour un autre, il me parlera du goût du chocolat, ou de son odeur alors que pour un autre, il s’agira de la texture lorsqu’il le laisse fondre sur la langue ou au contraire qu’il le laisse croquer sous la dent.

 

Les filtres de croyance : les croyances, les valeurs sont des puissants filtres qu’on a ancrés depuis des événements, des expériences, notre éducation, donc certains de ces filtres sont ancrés depuis notre enfance. Certains peuvent-être moteurs pour nous aider à prendre les bonnes décisions mais certains peuvent-être extrêmement limitant. Il peut être particulièrement intéressant de prendre le temps de s’intéresser à nos croyances limitantes pour nous permettre d’avancer.

Vous n’avez pas de croyances limitantes ? ahah vraiment ? Vous êtes-vous déjà arrivé de vous dire : « je n’y arriverai, j’ai toujours été nul.le en maths ?»… non ? super, mais je suis certaine qu’en cherchant, vous en trouverez une facilement. Pour les supers héros qui n’en ont pas (…) je vais vous en partager une, que j’ai eu concernant la prise de repas : « si je ne mange pas le soir, je vais me réveiller cette nuit car j’aurai faim ». (C’est ce que j’appelle vulgairement une belle croyance « à la con »…) Au lieu de prendre un diner alors que je n’avais pas faim, pourquoi ne pas écouter mes besoins… et voir ce qu’il se passe ? J’ai tenté, et j’ai constaté que moins je dinais le soir, mieux je dormais… et que sans repas, je ne me réveillais pas nécessairement.  

Comprenez-vous l’affaire ? L’intérêt de prendre conscience de nos croyances limitantes, c’est que d’une part elles déterminent nos comportements en nous limitant dans nos actions et nos choix, mais en plus, elles peuvent avoir des conséquences sur notre interaction avec l’Autre, ce qu’on projette sur l’Autre.

 

Prenons un autre exemple de filtre, plus contextuel celui-ci :

 S’éloigner de ou Aller vers : « je veux changer de travail ». Okay c’est un bon début. Pouvez-vous déterminer ce qui motive ce changement ? Souhaitez-vous quitter votre boulot parce que vous en avez marre ? (s’éloigner de…) ou changer de boulot parce que vous avez un nouvel objectif, un nouveau poste en vue ? (Aller vers).

Souhaitez-vous arrêter de fumer pour vous débarrasser de votre addiction (s’éloigner de) ou pour être en bonne santé ( Aller vers) ? Souhaitez-vous perdre du poids pour vous délester de vos kilos (s’éloigner de ) ou pour être en meilleure santé, pouvoir avoir plus de choix dans votre façon de vous habiller etc, etc, … (Aller vers) ?

 

En gros, qu’est qui vous MOTIVE ? qu’est ce qui motive VOS CHOIX ? Qu’est-ce qui fait que vous préférez telle option plutôt qu’une autre ?

Identifier vos filtres vous aidera à comprendre comment vous fonctionnez et pourquoi vous faites ce choix plutôt que celui-là. Alors, vous pourrez plus facilement changer et corriger les choix et les comportements dont vous ne voulez plus !

 

Amusez-vous bien ! J

Écrire commentaire

Commentaires: 0