L'éclaircie vient après la pluie :)

Chacun d’entre nous possède une zone de confort… vous le savez déjà probablement. Cette zone où on se sent en sécurité, peut-être comme emmitouflé.e dans un plaid alors que dehors il fait froid, cette zone où l’autre n’envahit pas son espace (oui, notez une référence à Dirty Dancing pour les fans !)… Bon  vous voyez cette zone où tout va bien, où tout est sûr et qu’on est en terrain conquis parce que bien connu. Et bien si je vous dis aujourd’hui que cette zone de confort - ce cocon rassurant qui vous permet de vous sentir bien, en sécurité, (bref…) - est également un peu, parfois souvent, ce qui vous empêche d’avancer et d’atteindre vos objectifs (ou vos rêves pour les plus audacieux)…

Oh oh… mais qu’est-ce qu’elle nous raconte là ? Comment quelque chose de sécure peut-il nous empêcher d’avancer ?

 

Souvent, nous nous confortons dans le quotidien, qui nous rassure, pour éviter les prises de risques liées au changement… c’est précisément ce que je raconte. Vous ne voyez pas ?

 

Okay alors explications. Avez-vous déjà eu envie de... changer de travail, de changer de région, de changer de métier et pour autant, aujourd’hui, vous êtes toujours au même poste, dans la même entreprise, dans la même région ? Quelle en est la raison ? Trop compliqué me répondrez-vous, ou encore, pas le bon moment, pas les financements, pas de ci ou pas de ça…. Oui exactement. En fait, bien souvent, on aimerait changer de vie sans avoir à gérer les aspects matériels de ce changement de vie, sans avoir à déranger notre petite routine. Je suis désolée de vous le dire : ça ne marche pas comme ça. En restant attaché à ce confort routinier, il est très difficile d’oser passer à l’action.

 

Vous avez tous en tête une personne qui a réussi quelque chose, face à laquelle votre petite voix vous a dit : « oh la chance, si seulement je pouvais »… si seulement vous pouvez quoi ? Oser ? Qu’est-ce qui vous empêche d’oser ? Et si vous oseriez, vous commencerez par quoi ? 

 

Comme pour tout objectif que l’on se fixe, je vous invite à considérer si cet objectif est réellement bon pour vous et de prendre en compte ce qu’il est important de conserver, ou d’acquérir pour que l’objectif  le reste. Ensuite, il est intéressant de déterminer un « plan d’attaque », des objectifs intermédiaires, une méthodologie, un calendrier ou encore d’autres étapes selon votre manière de fonctionner.

Prenons mon exemple. Aujourd’hui, j’ai atteint mon objectif : revenir vivre dans ma Touraine natale. Que voulais-je dans l’idéal ? Juste revenir en Touraine ? Non, bien sûr, ouvrir mon cabinet. Ma zone de confort ? Mon CDI, notre appartement à prix défiant toute concurrence, tout cela assurant une stabilité de vie. Pour autant, cette stabilité était-elle bonne pour moi ? Matériellement assurément mais pour ma vie, pour notre vie de couple ? Certainement pas. Il m’a fallu donc sortir de cette zone de Confort (hé oui !). Pour moi, mariée, il était inconcevable, inimaginable et pas bon de quitter deux CDI pour rien de concret professionnellement. Ouvrir un cabinet de thérapie dans une région où son réseau n’est pas encore constitué, sans revenus (car à l’heure actuelle, démission = pas d’allocations). Je n’ai plus 20 ans et vivre d’amour et d’eau fraîche n’était pas dans mes plans. Donc premier pas : chercher du travail. Une fois le travail trouvé, deuxième pas : se loger (et donc préparer le déménagement).

Aujourd’hui, trois mois plus tard, nous avons quitté la Région Parisienne pour ma Touraine. J’ai un CDI et le cabinet ouvre le 1er février (la déclaration étant faite). Nous l’avons fait, l’objectif est atteint… mais pour cela, il m’a fallu, il nous a même fallu, sortir de notre zone de confort (que nous n’avons pas encore totalement retrouvé d’ailleurs). Si je n’avais pas franchi le pas de « allez, je cherche du travail »… nous serions encore dans cette vie où je me sentais étriquée, pas à ma place.

 

Alors, à quel moment peut-on, doit-on, sortir de sa zone de confort ? J’aurai envie de dire que tant qu’on n’ose pas, c’est que le changement n’est pas encore bon pour vous… mais attention à ne pas se complaire dans cette explication simpliste de ma part. A trop se confiner dans cette zone de confort, vous risquez de ne jamais oser changer ce que vous voulez changer.

 

Je vous propose quelques questions qui pourront vous aider à vous situer, à prendre ou non la décision de « le changement c’est maintenant » !

 

 

Alors, ce changement est-il vraiment souhaité ? Souhaitable ?

Que vous apportera-t-il de plus ?

Que vous enlèvera-t-il de votre vie actuelle ?

Quel impact aura-t-il sur vos proches/ votre vie familiale ?

Quel est le plus petit pas que vous pouvez faire pour initier ce changement ? Quel sera le deuxième ? Enfin, comment voyez-vous votre vie dans un an ? Dans cinq ans ? Dans dix ans ? Où serez-vous et avec qui ?

 

Alors le changement c’est pour maintenant ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 0